Découvrir/Offrir/Partager
12 décembre 2017
Tout voir

Témoignages/Actualités…

Angelique B plaque tout et part dans les îles…

Je savais que ma vie se ferait là bas. J’y étais allée plusieurs fois et je m’y sentais bien, mais, de là, à aller m’y installer…? Enfant unique, je voyais mes parents vieillir et je me demandais comment ils le vivraient si je partais aussi loin . De plus, j’avais des amis auxquels je tenais profondément. J’avais acheté ma maison et j’avais une vie plutôt agréable. Cependant, je n’étais pas épanouie au fond de moi. Pour autant, j’avoue que tout remettre en question n’était pas un choix facile.
Une des phrases fétiches de CM c’est “la vie est faite de choix….se relever ou rester par terre … ? Certains choix comptent plus que d’autres, mais le seul mauvais choix c’est de ne pas oser choisir”.
Ca n’a pas été simple, mais, je ne regrette pas du tout. j’ai dû aller au delà de ce que je me pensais capable de faire.

Michael K ose changer de domaine…

J’avais toujours admiré les personnes qui vont au bout de leurs idées, mais, je pataugeais dans tous les domaines de ma vie. j’avais l’impression de me contenter de suivre et de survivre parce que c’était la vie de la plupart de mes amis. il faut croire que je devais être un peu différent puisque, je pense que j’étais peut être seul à me poser des questions ? en tout cas. Chez CM, j’ai découverts que j’avais des capacités que je sentais que je n’exploitais pas. J’ai compris que, peut-être, petit, on m’avait plus encouragé à suivre le rythme qu’à créer le mouvement ( en quelque sorte). J’ai d’abord décidé de sortir du cadre sur le plan professionnel. Rien que le fait de prendre enfin la décision, je me suis senti mieux. En me sentant mieux, j’ai rapidement eu plus d’énergie pour faire ce que je voulais vraiment. Je suis toujours salarié à temps partiel, mais j’ai monté une boîte dans le domaine qui me plaît vraiment…

Laurie M se surprend…

je ne savais pas dire non par crainte de blesser l’autre. donc, je disais souvent oui et ensuite, je me sentais mal car je n’avais pas le temps de faire tout comme je voulais. Au boulot, à la maison… Ce n’était pas forcément pour des choses désagréables. ça pouvait être accepter de sortir avec un mec alors que je sentais bien, au fond de moi, que je n’avais pas envie. ou, accepter de rendre un ènieme service à un ami, ou un collègue alors que j’étais déjà débordée… avec CM, on a d’abord travaillé sur ce que je voulais changer, puis, en analysant pourquoi je n’y étais pas arrivée, j’ai compris que, une de mes “blessures fondamentales” (comme elle dit) est ” la peur du rejet”. j’ai compris d’où ça venait et j’ai aussi compris pourquoi je renouvelais ce mode de relation alors que le contexte n’a plus rien à voir. Maintenant, je sais que, je n’aurais pas en face de moi, la réaction que j’appréhende, et donc, je peux dire “non” sans peur..et le pire est que ça marche. Mes amis n’ont quasi pas remarqué que j’avais changé sur ce point parce que, en fait, c’était pas un critère important dans leur relation avec moi. Au boulot, c’est moins facile, mais je me sens assez forte pour l’assumer. CM donne des outils pour la gestion de l’état interne et ça m’aide au quotidien, quand je dois m’imposer dans certaines situations.

Antoine M…intervention en entreprise…

Une collègue avait proposé de faire venir un coach dans le cadre de nos séminaires annuels. il y en a beaucoup, mais, elle connaissait CM et son approche de développement personnel en entreprise nous a un peu interloqué. Ce que j’ai perçu en une seule intervention sur le thème de la communication m’a permis ensuite de ne plus me positionner de la même façon que ce soit au boulot ou ailleurs. J’ai vu que tout le monde faisait cet effort au boulot. En fait, ses ateliers installent un climat de bienveillance.

Christian M…responsable d’une startup…

Je m’étais rendu compte qu’en tant que fondateur de la boîte, j’avais une vision et des attentes de mes salariés et collaborateurs et je restais souvent sur un sentiment un peu désagréable. J’ai dû changer plusieurs fois de chef de projet. Au bout de quelques mois, je constatais une baisse d’énergie de salariés, (même les plus impliqués)…Un ami m’a conseillé de parler avec quelqu’un d’extérieur pour clarifier ce qui semblait me gêner. J’ai eu 2 séances avec CM pour faire le point sur ce que j’attendais. J’ai compris beaucoup de choses en lien avec mon identité profonde et la boîte que j’ai crée. J’ai réalisé que pour moi, créer cette entreprise c’était comme maître au monde un bébé (qui doit nous ressembler si on veut le soutenir au mieux). En ce qui me concerne, si je confie mon bébé à une personne, c’est que je lui accorde une haute importance. Donc, mes salariés sont importants pour moi. Mettre en place quelques séances d’ateliers, c’était comme leur donner un espace de ressources, (comme dans certaines structures on fait de la supervision). Ca ne peut être que bénéfique pour eux en tout cas.